Grippe aviaire en Sologne

Pour éviter l’arrivée en France du virus H5N8, le niveau de risque est passé à “ élevé ” en Sologne. Les précautions concernent aussi les particuliers.

 Des poules pondeuses ou des canards d’ornement dans votre jardin ? Désormais, tous ces volatiles doivent impérativement être mis hors de tout contact avec des oiseaux sauvages, en particulier migrateurs, si vous habitez dans l’une des 80 communes de Sologne visées par l’arrêté ministériel publié le 16 novembre dernier.

Couvrir son poulailler d’un filet ou enfermer ses canards indiens peut sembler contraignant, mais l’enjeu est de taille, surtout à l’approche des fêtes de fin d’année : il s’agit de protéger les élevages français de volaille d’une souche hautement pathogène (*) d’influenza aviaire. Ce virus H5N8 a en effet été repéré récemment dans plusieurs pays : Allemagne, Autriche, Croatie, Danemark, Hongrie, Pays-Bas, Pologne, et Suisse.

Risque élevé pour les zones humides

Après avoir demandé son avis à l’Ances (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation), le ministère de l’Agriculture a donc pris la décision de relever le niveau d’alerte à la grippe aviaire en France de « négligeable » à « modéré » sur tout le territoire. Mais, les cas relevés dans les pays voisins concernant surtout des oiseaux migrateurs, il a également décidé de passer les zones humides en « risque élevé ».
La Sologne est évidemment concerné au premier plan. Ce niveau de risque entraîne l’application de mesures de biosécurité renforcées, « avec confinement obligatoire ou pose de filets permettant d’empêcher tout contact avec les oiseaux sauvages ». Des mesures qui s’appliquent aux élevages commerciaux de volaille, mais également à tous les élevages non commerciaux, à savoir les basses-cours des particuliers.

Conséquences pour la chasse

Le relèvement du niveau de risque en Sologne a également des conséquences pour la chasse. En effet, les lâchers de gibier à plumes et les déplacements d’appelants sont désormais interdits dans les zones humides. Sur son site Internet, la fédération des chasseurs de Loir-et-Cher relaie la réaction de sa fédération nationale. Celle-ci regrette de n’avoir pas été consultée au préalable, mais elle appelle aussi les chasseurs, en particulier de gibier d’eau, « à faire preuve de vigilance et de civisme dans l’application des mesures et dans l’épidémiosurveillance ».
En juillet dernier, la découverte d’un sous-virus H5, pourtant non pathogène, dans un élevage de canards colverts en Sologne, avait conduit à l’abattage de 120 animaux (NR du 10 août). Le durcissement de la lutte contre l’influenza aviaire vise à ne plus faire courir de risques aux élevages français. Il en va de la santé économique de toute une filière, y compris en Loir-et-Cher.

(*) très contagieux pour la volaille mais faiblement transmissible à l’homme.

repères

Les communes concernées

Avaray, Bauzy, Billy, Bracieux, Cellettes, Chambord, Chaon, La Chapelle-Montmartin, Châtres-sur-Cher, Chaumont-sur-Tharonne, Chémery, Cheverny, Chitenay, Choussy, Contres, Cormeray, Couddes, Courbouzon, Cour-Cheverny, Courmemin, Crouy-sur-Cosson, Dhuizon, Feings, La Ferté-Beauharnais, La Ferté-Imbault, La Ferté-Saint-Cyr, Fontaines-en-Sologne, Fougère-sur-Bièvre, Fresnes, Gièvres, Gy-en-Sologne, Huisseau-sur-Cosson, Lamotte-Beuvron, Langon, Lassay-sur-Croisne, Lestiou, Loreux, Maray, Marcilly-en-Gault, La Marolle-en-Sologne, Maslives, Mennetou-sur-Cher, Millançay, Mont-près-Chambord, Montrieux-en-Sologne, Muides-sur-Loire, Mur-de-Sologne, Neung-sur-Beuvron, Neuvy, Nouan-le-Fuzelier, Oisly, Orçay, Ouchamps, Pierrefitte-sur-Sauldre, Pruniers-en-Sologne, Romorantin, Rougeou, Saint-Dyé-sur-Loire, Saint-Julien-sur-Cher, Saint-Laurent-Nouan, Saint-Loup, Saint-Viâtre, Salbris, Sassay, Selles-Saint-Denis, Selles-sur-Cher, Soigns-en-Sologne, Souesmes, Souvigny, Theillay, Thenay, Thoury, Tour-en-Sologne Veilleins, Vernou-en-Sologne, Villefranche-sur-Cher, Villeherviers, Villeny, Vouzon, Yvoy-Le-Marron.

Catherine Simon
Article Nouvelle République du 21/11/16

fiche-mesures-preventives-basse-cour

 

Les commentaires sont clos.